L'HISTOIRE DE SARA

Sara.jpeg

« [le logement communautaire] m’a donné un endroit où je me sens heureuse et en sécurité... »

-SARA, REGINA, SK

Sara a éprouvé de nombreuses difficultés dans sa jeune vie; sa situation personnelle était extrêmement éprouvante. En tant que mère monoparentale d'un petit garçon, elle était, dans ses mots, « essentiellement sans abri, habitant ici et là. »

Elle savait qu'elle souhaitait avoir « une vie meilleure » pour son fils et leur avenir ensemble, alors elle a décidé de prendre un cours et de poursuivre ses études. C'est là qu'elle a rencontré une femme qui se trouvait être locataire de Namerind. Cette femme a suggéré à Sara de soumettre une demande pour de l'aide au logement et a même pris le temps de recommander Sara personnellement auprès de l'organisme. Pleine d'espoir, Sara s'est rendue chez Namerind et a soumis sa demande de logement. C'était il y a maintenant treize ans. Lorsqu'elle parle de Namerind, Sara considère que c'était sa « première vraie maison » et que même si elle avait beaucoup de choses à surmonter, elle savait qu'elle pouvait compter sur un toit au-dessus de leurs têtes et ce soutien l'a aidé à s'occuper de son fils. Aujourd'hui, Sara a deux enfants et porte un regard réfléchi sur sa vie. Elle sait que « les décisions qu'elle prend ont un impact direct sur la vie de ses enfants. »

Elle est reconnaissante à Namerind, car « avec le temps, l'accès à un logement abordable lui permettait d'avoir un peu plus d'argent pour ses enfants et leurs besoins, y compris les sports. » Elle est « heureuse de savoir qu'il existe des organismes comme Namerind qui vont au-delà de leur devoir pour aider les gens. » Avec les années, elle est venue à connaitre plusieurs des membres de l'équipe de Namerind. D'après Sara, les membres de l’équipe « ont tous été si merveilleux et accueillants, » ce qui représentait un autre niveau de soutien pour elle. Elle est fière de dire « qu'elle a fait partie de Namerind et est reconnaissante pour la chance et l'occasion qu'ils lui ont donnée à l'époque! »

Thomas Veitch